La meilleure énergie est celle que nous ne consommons pas. Soit parce que nous n’en avons pas besoin, soit parce que nous pouvons en consommer moins pour un même usage.

 

Et ce n’est pas parce que cette énergie peut être d’origine renouvelable, donc a priori dépourvue d’impact environnemental, que nous pouvons nous sentir libres d’en consommer autant que nous voulons.

C’est le concept d’efficacité énergétique : assurer nos besoins avec un minimum d’énergie.

 

Dans les transports, les progrès ont été spectaculaires ces dernières années : les voitures affichent une consommation de carburant aux 100 kilomètres de plus en plus basse, à confort égal, et même accru. Dans l’électroménager, il en va de même : réfrigérateurs, lave-linge, congélateurs consomment de moins en moins. Au point qu’il a fallu inventer de nouvelles catégories (A+, A++) sur l’étiquette énergie ! L’éclairage a lui aussi connu une petite révolution, avec la fin des ampoules à incandescence, qui chauffaient plus qu’elles n’éclairaient.

 

Il est possible de faire la même chose pour d’autres usages énergétiques : chauffage, climatisation, procédés industriels, etc. Ces opérations conduisant à changer de matériel pour en installer un autre plus performant énergétiquement coûtent cher, mais il est possible d’accélérer le retour sur investissement. C’est l’esprit des certificats d’économies d’énergie, dits « CEE », ou autrefois « certificats blancs ».

 

Plus d’infos sur les certificats d’économies d’énergie ?