Alors que la quatrième période du dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE) a commencé le 1er janvier, l’heure du bilan est arrivée pour la troisième période.

 

Des objectifs largement dépassés

Au total, ce sont aujourd’hui 748,5 TWH cumac qui ont été délivrés pour remplir l’obligation CEE « Classique » de 700 TWh cumac  pour la troisième période. Par ailleurs, au 31 décembre 2017, le stock de demandes en cours d’instruction au pôle national des certificats d’économies d’énergie (PNCEE) s’élevait à 68,6 TWh cumac. En intégrant le stock de CEE non encore délivré par le PNCEE, les objectifs ont largement été dépassés.

Qu’en est-il des CEE « précarité » ? Là également, le niveau d’obligation pour la troisième période de 150 TWh cumac a été dépassé au global.  Depuis le 1er janvier 2016, ce n’est pas moins de 174,3 TWh cumac qui ont été délivrés, alors même qu’au 31 décembre 2017, le stock de demandes en cours d’instruction au PNCEE s’élevait à 50,3 TWh cumac.

 

La montée en puissance du secteur industriel et tertiaire

Si le secteur résidentiel est le premier ciblé pour la réalisation d’opération d’économies d’énergie (49%), les secteurs industriel et tertiaire ne sont pas en restes. En effet, le secteur industriel arrive en deuxième position avec une proportion grandissante par rapport à la deuxième période (21,5%).

 

 

A la lecture de ce graphique, on constate bien une évolution importante du secteur industriel et du secteur tertiaire dans la production de CEE. Cela répond à un impératif : Mieux exploiter les gisements à mesure que les objectifs d’économies d’énergie augmentent.  A titre d’exemple, durant la 3ème période, pour l’industrie, la mise en place d’un système de récupération de chaleur sur un groupe de production de froid est la troisième opération standardisée la plus fréquemment mises en œuvre.

Ce phénomène devrait s’accélérer. En effet, la part du secteur industriel devrait progresser au cours de la 4ème période, c’est en tout cas la volonté des pouvoirs publics, avec la parution de deux nouvelles fiches d’opérations standardisées : Luminaires à modules LED (IND-BA-116) et chauffage décentralisé performant (IND-BA-117)

Même chose pour le secteur tertiaire, l’Ademe a ainsi estimé que près de 23% des gisements de CEE identifiés pour la 4ème période pourraient provenir du secteur tertiaire, une proportion qui pourrait encore s’accroître avec la levée du plafond des 10 000 m² pour les opérations d’isolation de bâtiment tertiaires.