*

Au 1er janvier prochain, débutera la quatrième période des certificats d’économies d’énergie. Un dispositif qui prend de l’importance dans la politique d’efficacité énergétique de la France. Les Certificats d’Economies d’Energie (CEE) sont l’outil idéal pour réduire les consommations dans le secteur tertiaire.

 

A l’origine, le dispositif des CEE a été pensé pour toucher le secteur des bâtiments résidentiels et tertiaires. Le nombre d’opérations réalisées met en évidence la relation privilégiée entre les CEE et le secteur du bâtiment. Aujourd’hui sur 189 fiches existantes, on en compte 51 dans le tertiaire. A ce titre, les opérations les plus réalisées concernent majoritairement le bâtiment.

 

A l’approche de la quatrième période, cette tendance devrait se poursuivre. Dans le tertiaire l’enjeu est important. Le parc public et privé compte environ 850 millions m² et pourrait continuer de croître, augmentant corrélativement les besoins en chauffage et climatisation. Cependant, les efforts conjugués d’économies d’énergie dans le parc tertiaire pourrait faire passer la consommation des bâtiments de 22,1 Mtep en 2010 à 15,6 Mtep en 2050.

 

Selon le plan de rénovation, l’Etat et les collectivités vont engager un grand chantier de rénovation de leurs bâtiments. L’Ademe a ainsi estimé que près de 23% des gisements CEE identifiés pour la 4ème période pourraient provenir du secteur tertiaire, une proportion qui pourrait encore s’accroître avec la future levée du seuil de 10 000 m² pour les opérations d’isolation de bâtiments tertiaires.